capter la vie chez clara


Pour une captation sonore réussie, je regarde vivre autour de moi.

Clara, qui est atteinte de surdité et appareillée depuis son enfance, a passé son enfance dans la ferme de ses parents.

Lors de notre première rencontre en visio, Clara m’a parlé des sons qui ont marqué son enfance, même si elle les entendait de façon déformée.

Elle m’a proposé de passer une journée, avec mes enfants, dans la ferme pour enregistrer ces sons.

Une fois sur place, je n’ai pas sorti mon enregistreur tout de suite.
J’ai D’ABORD fait connaissance avec elle, et son environnement.

Les immenses pièces de la ferme remplies de jouets ont immédiatement fait la joie de mes enfants qui y ont vu une caverne d’Ali Baba. Le courant a rapidement pris avec les enfants de la famille de Clara.

Pendant ce temps, Clara m’a fait visiter la ferme en me racontant ce que chaque recoin de la ferme lui évoquait.

Tout le monde s’est retrouvé devant l’énorme cheminée du salon pour le goûter. Au menu, chamallows grillés au feu de bois. Le salon était rempli de la joie et de l’excitation des enfants, qui couraient et criaient.

« L’être humain d’abord… faire la connaissance de l’être humain » comme me disait Robert ARNAUT, mon mentor en matière de reportage, à Radio France.

Le plus important était fait :
– j’avais fait la connaissance de Clara et établi une relation de confiance : elle m’a accueilli dans son univers, 

– nous avions généré de la vie dans la ferme simplement en nous amusant.

J’avais passé une bonne partie de la journée à regarder vivre autour de moi, il ne me restait plus qu’à sortir mon matériel d’enregistrement pour capter toute cette vie :

  • Le ronronnement du tracteur où elle faisait des siestes,
  • le bêlement de la chèvre,
  • le beuglement de la vache,
  • le chant du coq,
  • le son des pas dans les réserves de blé,
  • Le son de la cloche quand l’heure du repas arrivait,

Montés et mixés ensemble, ces sons restituent l’ambiance sonore de vie de la ferme d’enfance de Clara :

Gageons que le rendu sonore n’aurait pas été aussi vivant ni authentique en restant tristement chez moi à utiliser une banque de sons.

Puis…

  • ajouter quelques notes de musique…
  • ajouter la narration si joliment écrite par Céline STEYER…